Reflet culturel, Que devient le serment d’Hippocrate ?

Liberte; le Mardi 24 Avril 2012
3

Pour rappel, le serment d’Hippocrate est un engagement par le jurement qui est accompli par tout étudiant en médecine qui s’apprête à acquérir le titre de médecin. Cette pratique qui relève de la morale, de l’étique et de la déontologie médicale et qui remonte au cinquième siècle avant Jésus Christ, semble ne plus être une stricte obligation aussi bien en Algérie qu’ailleurs. Elle se perd peu à peu et est laissée au libre choix des étudiants arrivant en fin du cycle d’études. Autrement dit le serment n’est plus exigé. Dans certains pays le texte original du serment d’Hippocrate ancien a été même modifié, adapté et ajusté sur des points autrement plus actualisés. Il est évident que des considérations d’ordre religieuses sont également observées et prises en compte. Ainsi le serment d’Hippocrate n’est plus un texte conventionnel et universel. Depuis la plus lointaine antiquité le monde de la médecine a été, plus que tout autre, assez particulier et considéré de part sa nature liée au traitement de la santé humaine. C’est cette caractéristique qui a imposé jadis le passage obligatoire au serment, alors perçu comme un engagement majeure. D’autres secteurs d’activité tels que le juridique, le notariat, certains corps constitués etc. sont tenus également, chacun de par la nature de la fonction, à un serment spécifique. Aujourd’hui seuls le serment présidentiel et celui des témoins demeurent pour ainsi dire visibles. Mais la question n’est pas de savoir si la pratique du serment, quel que soit le secteur, est encore d’actualité ça et là. La question est de savoir plutôt qu’elle valeur juridique et/ou morale a encore le jurement dans tous les domaines et même est-il suffisant de jurer pour accomplir avec abnégation une responsabilité dans les règles de probité, d’étiques et déontologiques d’une profession donnée ? D’autre part, est-ce que le jurement n’est pas contraire au devoir de conscience professionnelle et au dévouement ou au contraire les conforte t-il ? C’est face à ces questions et à tant d’autres certainement que l’évolution de la pensée humaine devrait s’efforcer de répondre d’autant que nous vivons dans une crise globale des valeurs que l’on observe à l’échelle planétaire.
A. A.kocilnour@yahoo.fr

Categorie(s): culture

Auteur(s): Rédaction nationale

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..