Relizane, La grande détresse des douars de H’madna

Liberte; le Samedi 14 Fevrier 2015
123378

Le simple bon sens commande qu’on commence par remédier aux grands maux avant de s’attaquer aux opérations d’embellissement.

“Alors que la population se débat dans des problèmes dus à la mauvaise gouvernance et que la majorité des routes reliant les douars de H’madna au chef-lieu de la commune sont dans un état désastreux, l’APC n’a pas trouvé mieux que de procéder à la réfection des trottoirs”, dénoncent des citoyens qui ont pris attache avec notre journal. “Pourtant ces trottoirs n’avaient nul besoin de réfection. Le simple bon sens commande qu’on commence par remédier aux grands maux avant de s’attaquer aux opérations d’embellissement”, soulignent nos interlocuteurs. Ces derniers citent, à titre d’exemple, entre autres carences qui empoisonnent la vie des habitants des douars dépendant de la commune de H’madna, l’état fortement dégradé des chemins communaux reliant le chef-lieu aux douars environnants.
Il en est ainsi de la chaussée en tuf qui raccorde plusieurs douars, tels que El-Aâtaba, En’aâydjia, Ouled Slimane et El-Kh’layfia au reste du monde. Tracée par les ingénieurs chinois en charge du projet de l’autoroute Est-Ouest et recouverte de tuf à l’origine, elle s’est considérablement dégradée depuis, faute d’entretien. à quelques encablures de ces agglomérations, un vent de mécontentement a soufflé, il y a quelques semaines, sur la région dite douar Aâmam’ra, longeant la route menant à Mostaganem. Les riverains ont tenu un sit-in, barrant la voie menant à Mostaganem et réclamant la réfection de la chaussée en état de dégradation qui dessert leur douar. En dépit de la protesta, les choses n’ont pas évolué d’un iota, précisent nos sources. Au douar El-Aâwachriya, la situation est pire, puisque les habitants de ce hameau qui regroupe une soixantaine de foyers ont encore recours aux fosses septiques au XXIe siècle. Pourtant, seulement une centaine de mètres les séparent du réseau d’assainissement desservant douar El-M’dad’ha et un établissement scolaire situé dans le périmètre. La voie reliant ces deux villages à H’madna-Bourokba est dans un état tout aussi catastrophique que celles des bourgs voisins.
Pis encore, les excavations dues aux travaux de construction d’un pont enjambant les voies de chemin de fer reliant Oran à Alger n’ont pas arrangé l’état de la piste. Le fait que le chantier est à l’arrêt depuis plus d’un mois ne présage guère d’une amélioration prochaine de la situation.
Ajouter à cela l’absence de transport scolaire, puisqu’une trentaine d’adolescents originaires de douar El-Aâwachriya doivent se déplacer jusqu’au douar El-M’dad’ha pour bénéficier de l’autobus scolaire, concluent nos sources.

Categorie(s): ouest

Auteur(s): M. Seghier

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..