Remaniement ministériel, Louisa Hanoune : “Une victoire sur la corruption et l’oligarchie”

Liberte; le Jeudi 21 Mai 2015
110782

La secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), Louisa Hanoune, a commenté de nouveau, hier, depuis Djelfa où elle a animé un meeting populaire, le remaniement ministériel opéré jeudi dernier. Après avoir regretté, dans une précédente sortie médiatique, le débarquement du ministre de l’Énergie, Youcef Yousfi, elle est revenue avec une appréciation plus globale de l’événement. “En dépit de son caractère limité, ce remaniement est considéré par beaucoup de citoyens comme une victoire sur la corruption, l’oligarchie et la déperdition de l’argent public”, a-t-elle soutenu, poursuivant que “ce remaniement est une preuve qu’il est possible de procéder à des changements dans l’intérêt du pays”. Le repêchage, lundi, du ministre de l’Énergie, qui s’en est trouvé depuis nommé ministre, conseiller auprès du président de la République, chargé des questions de l’énergie, est certainement pour beaucoup dans cette note positive délivrée par Louisa Hanoune. La première responsable du PT, d’aucuns l’auront relevé, apprécie particulièrement Youcef Yousfi dont elle n’a eu de cesse de louer le nationalisme.
Mais en même temps qu’elle prenait fait et cause pour le ministre de l’Énergie, Louisa Hanoune plaçait dans sa ligne de mire l’ex-ministre de la Culture, Nadia Labidi, qu’elle a accusée de s’être rendue coupable de corruption (conflit d’intérêts). Des attaques qui lui ont valu une plainte devant la justice. La secrétaire générale du PT s’est rappelée, hier, de la désormais ex-ministre de la Culture. “Vous savez tous que j’ai écrit au président de l’APN et au ministre de la Justice, garde des Sceaux, en vue de la levée de l’immunité parlementaire pour laisser la justice suivre son cours dans cette affaire.”
Par ailleurs, elle n’entend pas lâcher prise maintenant que Nadia Labidi n’est plus ministre. “Notre parti restera engagé dans cette affaire, à travers laquelle nous jugerons les prédateurs avec preuves à l’appui, et ce, dans l’objectif de moraliser l’action politique et la gestion de l’argent public.” Louisa Hanoune a, en outre, mis en garde contre “les risques encourus en touchant aux dépenses sociales”.  Selon elle, la politique d’austérité risque de provoquer d’implosion du pays. “La révision de la politique des dépenses sociales et l’orientation vers l’austérité sont un moyen de faire imploser le pays.” Elle a affirmé qu’il est “possible de trouver d’autres ressources financières sans toucher aux dépenses sociales”, entre autres, a-
t-elle cité, “les ressources de l’évasion fiscale, estimées, selon des chiffres officiels, à 5 000 milliards de dinars, la lutte contre la corruption et le transfert de deniers publics par la saisie des biens et fonds acquis de façon illégale”. La secrétaire générale du Parti des travailleurs a plaidé pour le gel de l’accord de l’association avec l’UE, ainsi que pour la sortie de la zone de libre-échange arabe. Elle a également proposé l’institution d’une taxe sur les grosses fortunes.  

S. A. I./APS

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Sofiane Aït Iflis

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..