Sahara Occidental, Les nouvelles provocations de Rabat

Liberte; le Mardi 28 Mars 2006
3

L’ambassadeur du royaume du Maroc à Paris, M. Fathallah Sijilmassi, a déclaré, hier, que l’indépendance du Sahara occidental est “inacceptable” et que son pays souhaite une “évolution de la position de l'Algérie” sur ce dossier. Lors d’une conférence de presse tenue dans la capitale française, le diplomate marocain a estimé que si la position de l’Algérie sur cette question doit rester inchangée, “on restera dans le blocage et la situation va demeurer dans l’impasse”. C’est là la réponse de M. Sijilmassi à une question sur la réaction de l’Algérie au projet d’autonomie préconisé par Rabat et annoncé par le roi Mohammed VI, il y a trois jours, à l’occasion de sa visite dans les territoires du Sahara occidental. En effet, la réaction algérienne ne s’est pas fait attendre : depuis Khartoum, au Soudan, où il se trouvait dans le cadre des réunions préparatoires du Sommet arabe, le ministre algérien des Affaires étrangères, interrogé par la chaîne qatarie Al Jazeera, n’a pas manqué d’affirmer que la position d’Alger sur ce dossier restait la même, à savoir que le conflit opposait deux parties, le Maroc et le Front Polisario, et qu’il devait trouver son dénouement dans le cadre des résolutions onusiennes.  Une position que la royaume du Maroc a toujours critiquée, la qualifiant de parti pris et considérant que l’Algérie est partie prenante du conflit et qu’elle devrait être, à ce titre, associée à toute négociation autour de cette question. Elle est même désignée par Rabat comme facteur de blocage. D’où cette sortie de l’ambassadeur marocain à Paris, qui souhaite que “les choses puissent bouger”.“Nous continuons d’espérer qu’une nouvelle impulsion” sera donnée au processus du dialogue “avec tous les partenaires concernés”. Le mot est lâché : pour le royaume voisin, la question du Sahara occidental ne saurait être réduite à un conflit bilatéral entre Rabat et le Front Polisario et ne saurait donc constituer un problème de décolonisation qui doit trouver sa solution dans le cadre de la légalité internationale. Pour le diplomate marocain en poste à Paris, ce dialogue entre “toutes les parties concernées” est la voie la plus indiquée pour “promouvoir l’intégration maghrébine” dans une région qui a “besoin d’avancer”.M. Sijilmassi a réaffirmé que pour le Maroc, l'option de l'indépendance du Sahara occidental est “inacceptable”. Pour lui, l'autonomie “vise à concilier une souveraineté une et indivisible” du Maroc sur ce territoire “avec une gestion démocratique”. Le roi Mohammed VI a achevé samedi dernier une visite de six jours dans ce territoire durant laquelle il a appelé les notables organisés au sein du Conseil royal consultatif pour les affaires sahariennes (Corcas) à “engager une réflexion sereine et approfondie” sur le projet d'autonomie. Au terme des consultations auxquelles sont associés les partis marocains, Rabat envisage de présenter un projet à l'ONU à une date qui n'a pas encore été fixée. Réagissant à ce projet, le chef du Polisario, Mohamed Abdelaziz, a réitéré, le “droit du peuple sahraoui à l'autodétermination”. S. Chekri/AFP

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Rédaction nationale

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..