Souffles…, La gomme

Liberte; le Jeudi 12 Avril 2012
3

Et ce n’est que le début, en Egypte ! Il pleut le feu. Les premiers tirs intégristes tombent sur le foyer des artistes ! Les inquisiteurs, nouvellement débarqués ont brandi leurs ciseaux bien tranchants ! Partout, on sent la peur et l’odeur de l’incinération ! Frisson ! Les Frères musulmans d’Egypte au pouvoir, il y a quelques semaines, ont tout oublié, exception UNE. Ils ont oublié de combattre le chômage et l’Etat colonisateur d’Israël abondamment menacé et violemment bombardé par leurs discours-prêches. Ils ont oublié la lutte contre la famine et les maladies. La famine et les maladies ne sont à leurs yeux qu’une malédiction d’Allah envoyée sur les peuples impies ! Ils ont oublié la fièvre aphteuse qui frappe les vaches. La fièvre catarrhale qui frappe les moutons. Le gaz égyptien qui abondamment coule dans les réservoirs d’Israël avec un prix dérisoire. Les nouveaux inquisiteurs ont oublié les trois millions, peut-être un peu plus, des Cairotes qui habitent les cimetières, là où morts et vivants se partagent la même cité, là où la tombe fait aussi couche pour le citoyen supposé vivant ! Prétendu être humain ! Une seule chose est retenue dans leurs têtes. Une seule chose bien apprise et parfaitement reprise, par ces nouveaux arrivés, et dont la mémoire ne leur fait pas faux bond, c’est interdire tout baiser dans les films ! Qu’une comédienne soit embrassée dans un film, c’est haram ! Ils ont fait leur “révolution” pour interdire aux comédiens et comédiennes de s’embrasser dans des films ! Péché ! Ainsi les nouveaux arrivés ont mis en place des tribunaux d’inquisition en forme de commissions de contrôle cinématographique. Le rôle de ces tribunaux d’inquisition se limite dans le nettoyage des anciens films égyptiens de toute image immoraliste. Nettoyer un film d’un baiser donné sur la bouche ou sur la joue d’une comédienne est l’idée fondamentale, majeure, du projet de société proposé par les nouveaux politiques ! Le chômage n’est pas une priorité. Le pouvoir d’achat dégringolé du citoyen égyptien, n’est pas une urgence ! Ce qui est important et primordial c’est comment dénicher tous les baisers échangés entre les comédiens et les comédiennes dans les fonds de la filmothèque égyptienne et ainsi chercher, et en urgence, comment les effacer. La gomme sainte est une urgence ! Selon leur engagement politique, selon leur plateforme de leur projet de société, les islamistes égyptiens, les nouveaux maîtres du parlement, et d’après les quelques dépêches qui arrivent, ont commencé à passer aux tamis islamiques, aux peignes fins islamistes, tous les anciens films en les nettoyant de toutes embrassades irréligieux. La filmothèque égyptienne riche et unique dans son genre dans le monde arabe, dont les films classiques de Ahmed Badrakhan, de Henry Barakat, de Youssef Chahine, ont réveillé les sentiments d’amour et le civisme chez plusieurs générations, se trouve aujourd’hui menacée par la gomme sainte islamique! Le film Abi Fawka al Chajara (mon père sur l’arbre) sorti en 1969 est islamisé ! Le public égyptien ne verra jamais les baisers échangés entre Abdel Halim Hafez, de Nadia Lotfi et Mervet Amin. Tout doit être purifié du Satan et du satanisme ! Et ce n’est que le début ! Idem pour le film L’épouse n°13 où jouent Farid Al Atrach et Sabah. La gomme islamiste passera aussi sur la “danse orientale”. Il n’y aura plus ces fresques artistiques éblouissantes de Nadjwa Fouad, Tahiya Kariyoukan, Samia Jamal. La gomme sainte ne laissera derrière son passage que les actes de la haine et de la colère. Par un jour, dans ce temps islamiste qui couvre les horizons, le sourire, lui aussi, sera décrété acte prohibé : Harem ! cela n’est pas très loin !
A. Z.aminzaoui@yahoo.fr

Categorie(s): culture

Auteur(s): Rédaction nationale

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..