Souk Ahras, Les anciens élèves de l’école Max-Marchand bouclent l’année en beauté

Liberte; le Dimanche 3 Juillet 2016
123282

Un moment de pur bonheur et de poignante émotion, autant pour les élèves et leurs parents que pour les nombreux invités de l’association.

Les membres de l’association des anciens élèves de l’école Max-Marchand de Souk Ahras ont accompli un véritable prodige, jeudi, en transformant la traditionnelle cérémonie de fin d’année de cet établissement scolaire mythique en une veillée de Ramadhan inoubliable pour tous ceux qui ont eu le privilège d’y assister.
Cette rencontre, qui a été célébrée en musique en soirée dans la salle archicomble Tahri-Miloud de la wilaya de Souk Ahras, fut en effet un moment de pur bonheur et de poignante émotion, autant pour les élèves, leurs parents, que pour les nombreux invités de l’association. Au nombre de ces derniers, des anciens cadres du secteur de l’éducation, aujourd’hui à la retraite, et les représentants des familles de Djellab Laâbidi et Hadjaji Yahia, deux défunts directeurs de cette même école, auxquels il a été rendu un vibrant hommage sous les applaudissements appuyés du public. Lors de cette soirée, qui s’est prolongée jusqu’au petit matin, Merouane Nedjar, Mokdad Guessasma et Mohamed Benyahia, trois illustres éducateurs devenus des chefs d’établissement scolaire de la ville, furent également distingués et de la plus belle manière par un public debout et ému aux larmes. D’aucuns auront remarqué pourtant la défection du directeur de l’éducation de la wilaya de Souk Ahras, qui aurait pu donner une signification plus grande à l’événement.
Khalfi Noureddine, qui est non seulement le vice-président de l’association, mais aussi l’un des enseignants les plus connus à Souk Ahras, s’est fait un devoir, quant à lui, de présenter par le détail et avec l’humour que ceux qui l’ont côtoyé connaissent l’historique de la centenaire école Max-Marchand, autrefois appelée École des Indigènes ou encore chkoulet Picard ou Bicar. Il rappellera, non sans fierté aux jeunes et aux moins jeunes, que cet établissement n’a jamais démérité malgré son statut d’école des pauvres et qu’il a, au contraire, formé de grands hommes, dont certains ont tenu des hauts postes de responsabilité dans divers domaines après l’indépendance. Khalfi Noureddine reviendra sur le parcours déjà riche de l’association des anciens élèves de l’école Max-Marchand, qui a pu réaliser, avec très peu de moyens matériels et en un temps relativement court, une bonne partie de son programme d’activités en œuvrant sans relâche pour l’amélioration constante de la qualité de l’enseignement.
Il citera entre autres l’organisation de cours de soutien par des étudiants en master 2 bénévoles au profit de plus d’une centaine d’élèves en difficulté d’apprentissage et les actions qui ont été menées avec la commune et la wilaya, en coordination avec l’association des parents d’élèves et en réponse aux vœux de ceux-ci pour la rénovation de l’école. Des actions qui ont été appréciées à leur juste valeur par la ministre de l’Éducation nationale en personne, comme en attestent les messages écrits récemment aux membres de l’association.

A. Allia

 

Categorie(s): est

Auteur(s): Ahmed Allia

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..