SUITE À LA SUSPENSION DE L’ACCORD DE PÊCHE PAR L’UE, Le Maroc chasse la flotte européenne de ses eaux territoriales

Liberte; le Dimanche 18 Decembre 2011
3

Fortement déçu par la résolution des députés européens suspendant l’accord de pêche avec l’UE, Rabat opte pour des mesures extrêmes en annonçant qu’il ne tolérera plus les bateaux de pêche européens  dans ses eaux territoriales. Le ministère marocain des Affaires étrangères et de la Coopération a annoncé, dans un communiqué, qu’aucune activité de pêche de la flotte européenne ne sera tolérée, et tous les bateaux opérant dans le cadre de l'accord de pêche Maroc-UE ont été invités à quitter les eaux territoriales nationales hier avant minuit. Cette décision fait suite au vote du Parlement européen contre l'extension du protocole annuel de l'accord de pêche entre le royaume et l'UE, entré en vigueur à titre provisoire depuis le 28 février 2011. “La décision du Parlement européen marque ainsi un développement regrettable, aux conséquences sérieuses sur l'avenir de la coopération entre le Maroc et l'UE en matière de pêche”, indique le ministère, soulignant que le vote du Parlement interpelle, à l'évidence, les autorités du royaume quant à l'opportunité d'une réévaluation globale de son partenariat avec l'UE. Par ailleurs, les autorités marocaines déplorent que la responsable du dossier au sein de la Commission européenne, qui a pourtant négocié et conclu ledit protocole au nom des États-membres de l'Union, ait failli à sa responsabilité première, celle de l'expliquer et de le défendre de manière appropriée devant les membres du Parlement européen. Cet accord, approuvé cinq mois plus tôt, permettait à 120 chalutiers européens de pêcher maquereaux, sardines et anchois en contrepartie d'une somme annuelle de 36,1 millions d'euros. Dans leur résolution, les parlementaires européens ont expliqué leur vote en soulignant que les intérêts de la population du Sahara occidental n'étaient pas clairement pris en compte. À leurs yeux, l'arrangement gaspillait l'argent des contribuables européens et n'apportait que peu de bénéfices notables à l'Union ou au secteur marocain de la pêche. Si le Front Polisario, qui revendique l'indépendance du Sahara occidental, s’est félicité de cette position, la rapidité de la réaction de Rabat illustre le courroux des autorités marocaines ; celles-ci ont évoqué des “conséquences très négatives” sur les relations entre le Maroc et l'UE. Les pêcheurs espagnols sont la principale victime de ces mesures de rétorsion. L'Espagne demande  réparation à l'EuropeSelon Madrid, 64 bateaux et 600 emplois sont menacés. Si la présence française est symbolique, Bruno le Maire, ministre de l'Agriculture et de la Pêche, a indiqué tout de même qu'il regrettait que l'accord ne soit pas reconduit. De son côté, le ministère des Affaires étrangères a appelé la Commission à négocier et à signer “rapidement” un accord qui prenne en compte les intérêts européens et marocains. Par ailleurs, l'UE et la Mauritanie ont échoué jeudi à s'entendre sur un nouvel accord de pêche.R. I./ Agences

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Rédaction nationale

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..