SYNDICAT NATIONAL DES JOURNALISTES , Affaire “El-Hayat Al-Arabya” : un dérapage de plus

Liberte; le Samedi 10 Decembre 2011
3

Le Syndicat national des journalistes a été saisi, hier, 9 décembre 2011, des graves développements de l’affaire de nos confrères du quotidien arabophone Al-Hayat Al-Arabya ayant fait l’objet d’un licenciement collectif abusif, le 3 décembre dernier. Une décision injuste, arbitraire mais surtout caduque parce que ne s’appuyant sur aucune notification administrative, de quelque nature que ce soit.  Se rendant compte sur le tard de sa bévue, l’employeur innove ainsi en tentant un passage en force : le nettoyage par le vide ! Vendredi matin en effet, l’ensemble de nos confrères se rendent comme tous les jours au siège du journal, mais surprise ! Le journal n’est plus là. L’appartement sis 10, rue Hassiba-Ben-Bouali qui en faisait office de siège avait changé de serrure et le titre, Al-Hayat Al-Arabya est désormais confectionné ailleurs, au 2, rue Victor-Hugo, siège d’un autre titre appartenant au même propriétaire. Cette pirouette unique dans les annales de la presse ne sera pas la seule trouvaille de cet employeur. Se trompant définitivement d’époque, ledit employeur croit avoir trouvé l’argument fatal pour se débarrasser à jamais de l’ensemble du personnel. “Vous allez me le payer, la liste de vos noms est au DRS” ! Rien que cela. Le Syndicat national des journalistes qui sait, lui, que les conflits sociaux ne se règlent pas aux services de renseignement, a déjà saisi les instances habilitées en la matière : l’Inspection du travail en attendant, éventuellement la justice.P/Le syndicat national des journalistes Le secrétaire généralKamel Amarni

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Rédaction nationale

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..