Transport aérien, Plus de 2 millions de passagers entre l’Algérie et la France

Liberte; le Dimanche 2 Avril 2006
3

Le ministre français des Transports s’est rendu, hier, à Sétif à la tête d’une délégation d’hommes d’affaires de l’Hexagone, parmi lesquels figurent des chefs de grands groupes, tels Thales, Lohr industrie, le constructeur aéronautique européen EADS ainsi que Alstom et Veolia transport.Au moment où la signature du très attendu traité d’amitié entre l’Algérie et la France semble durablement hypothéquée par le lourd contentieux historique qui continue à envenimer les rapports entre les deux pays, la coopération engagée dans le domaine du transport est en train de s’élever à un niveau qui ne manque pas de surprendre.Mesurant certainement les progrès réalisés par le partenariat algéro-français dans ce domaine, le ministre français des Transports, M. Dominique Perben, a considéré hier à Lyon, que “le contexte bilatéral entre l’Algérie et la France est très porteur”. L’inauguration de la ligne hebdomadaire Lyon-Sétif par la compagnie nationale Air Algérie a donc constitué l’occasion pour les deux parties de vérifier sur le terrain les accords signés récemment à Paris par les ministres des Transports algériens et français. “Le contexte bilatéral entre nos deux pays est très porteur. L’initiative que prend Air Algérie en inaugurant cette nouvelle ligne en est une belle illustration, et je l’en félicite chaleureusement”, a souligné M. Perben lors de la cérémonie inaugurale du vol Air Algérie Lyon-Sétif, organisée à l’aéroport de Lyon Saint-Exupéry. La cérémonie s'est déroulée en présence de l’ambassadeur d’Algérie à Paris, M. Missoum Sbih, et du ministre délégué français à l’Égalité des chances, M. Azouz Begag.Pour M. Perben, cette nouvelle desserte est “le résultat d’une volonté politique partagée entre les deux pays, et la promesse d’un accroissement des échanges humains, culturels, économiques”. Commentant l’accord aérien signé entre les deux pays, M. Perben a estimé qu’“il permet de donner une base juridique à un trafic qui représente plus de deux millions de passagers, et qui est en croissance rapide (plus de 9% en 2005)”. Tout en relevant la “densité” des relations entre les deux parties dans le domaine aéronautique, le ministre français s'est “félicité” également des partenariats que l’Algérie et la France entretiennent dans tous les autres secteurs des transports (maritime, ferroviaire et urbain).L’arrivée, hier après-midi, à Sétif d’une délégation française et à sa tête MM. Perben et Begag à bord du vol inaugural, permettra de poursuivre les discussions et de faire le point sur ce partenariat.Parmi les membres de cette délégation d’hommes d’affaires français, figurent des chefs de grands groupes, tels Thales, Lohr industrie, le constructeur aéronautique européen EADS, ainsi que Alstom et Veolia transport, qui ont renforcé leur présence en Algérie.M. Perben a indiqué d’ailleurs que “les grands noms du secteur ferroviaire français s’intéressent au vaste programme de développement ferroviaire algérien”. Pour sa part, le ministre des Transports, M. Mohamed Maghlaoui, a évoqué, à cette occasion, le “dynamisme économique de la wilaya de Sétif, où plus de 2 milliards de dollars ont été investis par l'État pour la consolidation du développement de la région”. M. Azouz Begag, lui, a placé cette nouvelle desserte sous le signe de la “construction humaine”, un “préalable”, dit-il, aux relations économiques entre l'Algérie et la France. “Je place ce voyage sous le signe de quatre mots tant nécessaires dans la construction des relations humaines et de ma propre identité. Je le place sous le signe des racines, des ailes, de la mémoire et du tissage”, a-t-il souligné. L’ambassadeur d’Algérie à Paris, M. Missoum Sbih, a lui aussi insisté sur cette “dimension humaine qui représente un élément majeur des relations entre nos deux pays”. Et d’ajouter : “Notre ambition aujourd’hui vise précisément à construire une nouvelle relation équilibrée, une relation d’exception, une relation de confiance fondée, à la fois, sur le respect mutuel et les intérêts réciproques.”À noter, par ailleurs, qu’un conseil d'affaires Rhône-Alpes/Algérie vient d'être créé à Lyon pour encourager les échanges économiques, annonce un communiqué de ce conseil appelé CAR2A. 96,Ce club à but non lucratif se propose d'être un “espace d'échanges pour faciliter les contacts entre les entreprises algériennes et françaises” en mettant à la disposition de ses adhérents un site Internet et une banque de données, “propices à la connaissance réciproque, à des échanges, à des relations d'affaires et à la création de partenariats”.CAR2A se propose de mettre sur pied, du 13 au 15 avril prochains, un colloque événement sur l'Algérie avec, d'une part, une exposition-photos et des conférences-débats sur les opportunités de partenariat entre l'Algérie et la région Rhône-Alpes.Synthèse H. S.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Rédaction nationale

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..