UN VIBRANT HOMMAGE LUI A éTé RENDU SAMEDI à LA SALLE IBN ZEYDOUN, Rabah Deriassa : “Je me croyais oublié”

Liberte; le Lundi 26 Mars 2012
3

Ils étaient nombreux à effectuer le déplacement à l’occasion de l’hommage, samedi à 18h30, à la salle Ibn Zeydoun (Riad El-Feth) en l’honneur de l’icône de la chanson algérienne, à savoir Rabah Deriassa. étaient présents ses amis, des artistes jeunes et moins jeunes, ses compagnons de route. Cet hommage, organisé par le ministère de la Culture en collaboration avec l’Office Riad El-Feth, est un signe de reconnaissance envers un homme, un artiste complet (interprète, parolier et compositeur), qui a consacré toute sa vie à la culture et à la chanson algériennes. Une voix qui s’est fait entendre depuis les années 1950 et qui a traversé le temps et les frontières. Car Rabah Deriassa est un nom connu et reconnu en Algérie et à l’étranger.à cet effet, c’est toute une pléiade d'artistes qui ont animé la soirée, où régnait une ambiance conviviale, chaleureuse et surtout festive. Ce qui n’était pas pour déplaire à la ministre de la Culture, assise aux côtés de Rabah Deriassa qui n’avait pas cessé de sourire, ému de se retrouver le centre de cette manifestation. Une joie qu’il partageait avec les membres de sa famille. Cet hommage était également un moment fort de nostalgie, surtout quand les chanteuses et chanteurs ont interprété ses grands succès, à l’image de Nedjma Qotbia, El-Houta, Yel Khoumria… et bien d’autres. Par ailleurs, Mohamed Oujdi, Nacereddine Blidi, Naïma Fethi, Samir Toumi et son fils Abdou Deriassa ont fortement été applaudis par l’assistance très nombreuse. Chacun à sa manière a fait vibrer la scène. C’est un cocktail musical varié, composé de chansons puisées dans le riche répertoire de notre star. Des chansons célèbres, au verbe facile mais ô combien chargé de sens, et au rythme qui lui est propre. L’autre star de la chanson algérienne, plus précisément de la chanson algéroise, Nadia Benyoucef, a gratifié les présents par son célèbre titre Ya Loumima et Rani mouadaâtek ya Baba, deux chansons écrites et composées pour elle, dans les années 70, à ses débuts, par Rabah Deriassa, qui n’ont pas pris une ride et qui sont reprises dans les mariages. Pour rappel, Rabah Deriassa a chanté l’amour, la beauté, la femme, la patrie et divers sujets. Il a également interprété, de sa voix puissante et particulière, les poèmes melhoun d’anciens poètes, tels Ben Guitoun, Lakhdar Ben Khlouf… Outre la chanson et la musique, l’artiste s’est essayé également à la peinture. C’est avec Yahiaou Ouled Bladi que la soirée s’est terminée. Il l’a interprétée en compagnie des autres chanteurs.
A. I.

Categorie(s): culture

Auteur(s): Rédaction nationale

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..