Une histoire de 40 ans lie le groupe suédois à son pays d’adoption, Algérie et Ericsson : une fierté partagée

Liberte; le Jeudi 14 Mai 2015
3

Après plus de 40 ans de présence en Algérie, le leader mondial des technologies et services de communication, Ericsson, n’a rien perdu de sa “verve”, de son euphorie à offrir plus de confort et de meilleures prestations dans le vécu quotidien des Algériens. La longue histoire qui lie le groupe suédois à l’Algérie va au-delà du domaine économico-commercial pour s’établir sur le… réseau de l’affectif. D’année en année, le suédois s’est “algérianisé”. Il a été aussitôt adopté par tout un pays comblé par son travail. Depuis l’ouverture de son premier bureau à Alger, il y a de cela quatre décennies, Ericsson Algérie a accompagné notre pays de manière active dans son processus de développement des technologies de l’information et de la communication (TIC). Du néant jusqu’à la 4G, en passant par la 2G, la 3G et les technologies IT, la firme a participé activement à l’introduction, en Algérie, des réseaux de téléphonie fixe, puis du mobile. Mieux, son directeur général, Yacine Zerrouki, affiche le même enthousiasme à l’idée de proposer des solutions adaptées à des problèmes réels soulevés par différents secteurs d’activité. “Nous réitérons notre engagement en Algérie par l’extension de nos offres de services non seulement aux opérateurs télécoms, mais aussi à d’autres industries comme le transport, l’énergie et la sécurité publique”, affirme-t-il à l’occasion de la célébration de ce 40e anniversaire d’existence ininterrompue en Algérie. Une période charnière durant laquelle Ericsson s’est attelé à mettre en place des infrastructures de TIC en délivrant les solutions et services les plus innovants, à la fois aux opérateurs télécoms et autres secteurs. L’entreprise emploie actuellement quelque 350 personnes dont 80% sont des ingénieurs algériens qui assurent des prestations purement professionnelles et accompagnent les projets des clients, aussi bien en Algérie que dans les autres pays où Ericsson est présent. La mise en place de la société en réseau, un credo sur lequel est fondée sa stratégie, implique son déploiement dans notre pays qui se traduit par le recours impératif à des compétences algériennes sélectives entichées des segments-clés du marché, notamment l’IT, le Cloud et les systèmes de support. À tous ces cadres, Ericsson prévoit des formations de haut niveau. Le transfert du savoir-faire, autre principe sur lequel s’appuie la politique de l’entreprise, est favorisé également à travers ses projets d’encadrement conclus avec les universités, telles que l’École nationale supérieure d’informatique (Ensi), l’École nationale polytechnique (ENP) et l’Institut national des postes et télécommunications (Inpt). Conformément à ces conventions, Ericsson accueille de nombreux étudiants pour des stages visant à compléter leur formation sur le plan technique. “Nous sommes fiers du parcours d’Ericsson en Algérie. Notre ambition est de poursuivre notre lancée et de développer de nouvelles opportunités de partenariat qui ne se limitent pas au seul secteur des télécommunications mais, également, à d’autres projets étatiques et des secteurs adjacents, tels que l’énergie, les services publics…”, souligne M. Zerrouki. Outre la poursuite du développement du réseau de la 3G (mobile) et de la 4G LTE (fixe), Ericsson lorgne d’ores et déjà sur le vaste projet de la 4G mobile, prévu, en principe, pour la fin de l’année 2015. En tout cas, il se dit fin prêt pour cette nouvelle échéance…

B. K.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Badreddine KHRIS

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..