Bouchouareb réplique à ses détracteurs, parle de lui à la troisième personne

Tsa; le Lundi 14 Decembre 2015
40193

Critiqué par plusieurs acteurs politiques, Abdeslam Bouchouareb, ministre de l’Industrie et des Mines a profité ce lundi 14 décembre de sa visite d’inspection à la wilaya de Boumerdès pour répondre à ses détracteurs.
Abordant la nationalisation de l’usine d’El Hadjar, il invite l’ex-ministre de l’Investissement Abdelhamid Temmar, sans le citer, « à se taire » parce que « c’est eux les responsables de cette catastrophe ». « Il y a d’anciens collègues qui commentent la nationalisation d’El Hadjar. Quand je suis arrivé, El Hadjar fonctionnait à 10% et il était en faillite », a-t-il expliqué. Et « C’est Bouchouareb qui a sauvé El Hadjar à travers l’État et le gouvernement », a-t-il lancé.
« Pourquoi ils ont laissé la situation arriver à ce stade ? Pourquoi ils ont laissé la SNVI arriver à une situation d’arrêt total de la production ? », s’est-il interrogé. Concernant les soucis des travailleurs de la SNVI quant au « matériel bloqué au niveau de la douane », le ministre de l’Industrie et des Mines a répliqué sur un ton de colère : « Je parle de politique, ne me ramenez pas à la douane. Ceux qui défendent maintenant la SNVI, ils étaient où quand la douane bloquait le matériel de la SNVI ? ». « Nous avons un plan d’investissement pour la SNVI et je me réjouis que les travailleurs revendiquent la reprise de la production », a-t-il soutenu.
« Ils ont été maladroits »
Autre cible de Bouchouareb : l’opposition qui a critiqué la Loi de finances. « Ils ont utilisé l’article 66 pour m’attaquer. Je rappelle seulement que cet article était l’article 62 de la Loi de finance complémentaire de 2009. On n’a pas ajouté une virgule. Ce n’est pas Bouchouareb qui a introduit cet article, c’est eux qui l’ont demandé », s’est-il défendu. « Les arguments qu’ils ont utilisés sont fallacieux, ils avaient d’autres objectifs, ils ont été maladroits », a-t-il accusé.
« Une personne (Louisa Hanoune), je ne vais pas la citer, revendique dans son programme politique la hausse des taux douaniers, qu’on sorte de la zone arabe de libre échange, l’étatisation du commerce extérieur (…). Il y a un seul pays dans le monde qui exerce encore cette politique », a-t-il déclaré en allusion à la Corée du Nord. « Ils veulent nous maintenir dans l’immobilisme et le statu quo. Ce temps-là est terminé », a-t-il tranché. Le ministre promet d’aller plus loin dans sa réplique, à partir de lundi prochain, lors de son passage à la radio.
Sucre : Bouchouareb inaugure l’usine LaBelle
Abdeslam Bouchouareb a inauguré, en présence d’Ali Haddad, l’usine de raffinage du sucre située à Ouled Moussa. Le projet est le fruit d’un partenariat entre l’Algérien LaBelle et le Français Cristal union. Il a nécessité un investissement de 150 millions d’euros.
« D’autres usines vont entrer en production, notamment celle de Guelma et de l’Ouest. Progressivement, le marché va connaître d’autres intervenants pour qu’il ne souffre d’aucune précarité », a déclaré le ministre dans un point de presse dans l’enceinte de l’usine. « Quand tous ces acteurs entreront en production, aucun producteur ne décidera sur un coup de tête d’augmenter les prix de 15% », a-t-il lancé, dans une attaque à peine voilée contre le groupe Cevital.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Imad Boubekri

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..