Boudebouz : « Je me régale à Montpellier »

Tsa; le Mercredi 6 Janvier 2016
40825

Le milieu offensif de l’EN, Ryad Boudebouz, se sent bien à Montpellier où il commence à retrouver la forme et le niveau qui étaient les siens à Sochaux, bien que les fans du MHSC ne sont pas très satisfaits de son rendement et du classement actuel du club, 15e en Ligue 1.
« Je me régale à Montpellier. Je me sens en pleine forme… J’aime ce maillot, j’aime ce club. Je commence à me sentir très bien sur le terrain », a indiqué Boudebouz dans un entretien accordé au quotidien régional français Midi Libre, tout en s’expliquant sur ses débuts laborieux au MHSC. « On croit toujours qu’un joueur technique peut arriver et s’intégrer tout de suite, ce n’est pas possible. Il y a toujours un temps d’adaptation. Les résultats de l’équipe ne m’ont pas aidé non plus. Si on avait bien marché dès le début, mes performances individuelles seraient mieux passées. Comme on perdait, on pointait du doigt l’équipe, on m’a pointé du doigt », a souligné le jeune international algérien.
« Je dois marquer plus de buts »
Pour prendre du galon et gagner l’estime des Montpelliérains, Boudebouz espère marquer des buts dans la seconde partie de la saison, lui qui n’a inscrit qu’un seul petit but jusque là contre son précédent club, Bastia. « Je dois marquer plus de buts. Faire des passes, je sais faire. Parfois, devant le but, je veux absolument faire marquer. Je fais la passe et elle tue l’action », lance le jeune Ryad, surpris par le départ de Rolland Courbis qui l’a fait venir à Montpellier. « C’est une grosse surprise. Le coach a fait un choix. Il faut savoir le respecter. Tout le temps que j’ai passé avec lui, il m’a beaucoup appris », a précisé l’ancien sochalien, avant de justifier à nouveau son choix de défendre les couleurs algériennes après avoir porté le maillot bleu chez les jeunes catégories.
« Jouer avec  l’Algérie, une évidence »
« Petit, mon père me montrait les images des joueurs algériens : Madjer, Belloumi… À 14-15 ans, quand je suis entré au centre de formation de Sochaux, je lui ai dit : “Si un jour je passe pro, je veux jouer avec l’Algérie”. C’est quelque chose qui vient de loin. Une évidence. Mais attention, ce n’est pas parce que je ne me sentirais pas Français. Je dois beaucoup à la France, je suis né ici, j’ai grandi là, mais j’avais envie de porter ce maillot. Tant que tu n’as pas joué sous ce maillot, tu ne peux pas comprendre. Quand tu joues là-bas, tu te dis : Ah ouais, quand même ! », raconte Boudebouz. Interpellé sur les terribles et sanglants attentas de Paris, Ryad n’a pas caché « son dégoût ».
 « Islam et islamiste, ce n’est pas pareil »
« Voire des gens mourir à cause de fous… Même à son pire ennemi on ne souhaite pas la mort. Nous, les footballeurs, on ne réalise pas la chance que l’on a sur le terrain, on est toujours en train de se plaindre alors que des gens meurent à côté… Pour rien… Il y a la religion et il y a le football. Je suis musulman. J’essaie de ne pas mélanger les choses. On fait souvent des amalgames alors je pratique ma religion discrètement, je vais à la mosquée. Chacun fait sa vie comme il l’entend tant qu’il y a du respect entre nous. Peu importe la religion, ça ne me dérange pas. Certains confondent les choses. Islam et islamiste, ce n’est pas pareil. D’autres ont un peu plus de recul. Quand tu ouvres la Bible, la Torah ou le Coran, tu peux lire que “tuer est le plus grand des péchés”. Ceux qui ont commis toutes ces atrocités en novembre à Paris, ne sont pas des musulmans. C’est dommage de nous mettre tous au même niveau », a-t-il conclu.

Categorie(s): Sport

Auteur(s): Ali Ouezzane

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..