Comment Daech est perçu dans le monde arabe

Tsa; le Mercredi 23 Decembre 2015
40400

Un sondage annuel réalisé par l’Arab Opinion Index (AOI) mesure les principales préoccupations de la population du monde arabe. Entre autres choses, l’enquête d’opinion révèle que 89% des 18 311 personnes sondées dans 12 pays différents, sont « contre » ou « tout à fait contre » l’organisation terroriste de « l’État islamique » (Daech). Par ailleurs, l’on relève que le président syrien, Bachar el Assad représente un plus grand problème aux yeux des Saoudiens. De plus, près d’un quart de la population interrogée dit vouloir émigrer vers l’étranger en raison de la pauvreté.
8 à 9% des Algériens en faveur de Daech
Sur l’ensemble des pays concernés par l’enquête, il ressort que 80% de la population est « totalement contre » l’organisation de l’État islamique (Daech en arabe) , tandis que 9% se disent simplement « contre ». Les 11% restants se décomposent en 4% de personnes « sans opinion », une proportion identique se disant « pour l’État islamique » et 3% seraient  « totalement pour », selon le sondage.
En Algérie, tout comme au Maroc, en Palestine ou en Égypte, la population semble légèrement plus favorable à l’EI. En effet, 8 à 9% des sondés se disent  pour ou totalement pour pour l’organisation terroriste. La proportion de personnes « sans opinion » est également supérieure à la moyenne, indique l’AOI. En comparaison, les Tunisiens, Jordaniens et les Libanais sont à peine 1% à être « totalement pour » Daech , détaille la même source.
Assad : un plus grand problème pour les Saoudiens
Dans le même temps, la population du royaume d’Arabie Saoudite estime que le président Bachar el Assad est le principal problème de la Syrie. En effet, 62% des sondés saoudiens pensent que le régime d’Assad doit être détruit. À l’inverse, seuls 9% d’entre eux répondent que Daech doit être vaincu dans la perspective d’une sortie de crise en Syrie.
Le « Printemps arabe » : « chaotique, sanglant et source d’insécurité »
Les événements ayant conduit au renversement de plusieurs dirigeants arabes, communément appelés « Printemps arabes » sont perçus négativement par une majorité de la population des pays arabes. Bien que ces révolutions soient considérées comme des « mouvements démocratiques », 57% des personnes interrogées pensent que ces « Printemps arabes » sont négatifs : « chaotique, sanglant et insécurité ». En 2012, ce taux n’était que de 22%.
Par ailleurs, la question palestinienne est également abordée dans ce sondage. À ce titre, 85% des Arabes sont contre le gouvernement d’Israël. De plus, 75% d’entre eux affirment que la cause palestinienne concerne tous les Arabes.
23% des sondés sont des candidats potentiels à l’émigration
Selon les résultats de l’AOI, 29% de la population arabe vit dans une certaine précarité : un peu moins du tiers de la population est obligée de recourir à des aides (famille, charité, soutien des autorités) pour vivre. Plus encore, 23% des sondés se disent tentés par l’émigration, rêvant de partir vivre à l’étranger pour des raisons économiques.
Religion et démocratie
Enfin, 87% des personnes interrogées se disent « croyants ». De manière générale, la population des pays arabes estime que l’Islam et la démocratie ne sont pas incompatibles, bien qu’une majorité doute que leurs pays respectifs soient prêts à mettre en place un régime démocratique.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Tewfik Abdelbari

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..