Fausse agression Daech, violences dans plusieurs pays arabes et d’Afrique, nouvelles tensions entre la Russie et la Turquie… Le point sur l’actualité internationale du 14 décembre

Tsa; le Lundi 14 Decembre 2015
40191

France : un instituteur invente une agression commise par Daech
Un instituteur d’Aubervilliers (banlieue parisienne) a affirmé, ce lundi, avoir été agressé par un homme qui a invoqué le groupe Daech. L’enquête a rapidement été confiée à la brigade antiterroriste et une vaste opération de recherche a été déclenchée. Le gouvernement et la classe politique ont réagi et la presse a rappelé que Daech avait critiqué à plusieurs reprises l’école française. Le Figaro a même donné des « détails » : un « homme cagoulé, ganté et vêtu d’une blouse blanche, aurait asséné plusieurs coups de cutter au professeur au niveau de la gorge alors qu’il était seul dans sa classe ». Finalement, l’instituteur a reconnu en fin de journée avoir inventé son agression (Lire).
Yémen : deux hauts gradés de la coalition tués
Deux hauts gradés de la coalition conduite par l’Arabie Saoudite au Yémen ont été tués dans des combats à quelques heures du début d’une trêve coïncidant avec l’ouverture à Genève de pourparlers de paix. Sultan Mohamed Ali al Kitbi, un officier de l’armée des Émirats arabes unis, a été tué à Taëz, tandis que des photographies montrant Abdullah al Sahian, un officier saoudien, étaient diffusées sur la chaîne saoudienne Al Arabiya al Hadath au milieu de versets du Coran. Selon la milice houthie, qu’affronte la coalition, les deux hommes, ainsi que deux soldats saoudiens, ont été tués par un tir de roquette. Une trêve renouvelable de sept jours doit entrer en vigueur lundi. Les deux précédents cessez-le-feu, instaurés en mai et en juillet ont été violés par les deux camps. (Lire)
Mali : tirs d’obus contre un camp de l’ONU
Un camp de la Mission de l’ONU au Mali (Minusma) à Gao, la plus grande ville du nord du pays, a été la cible ce lundi matin de tirs d’obus, qui n’ont fait ni blessé, ni dégâts. « Tôt ce matin, des terroristes ont lancé au moins quatre obus en direction du camp de la Minusma à Gao. C’est le contingent hollandais qui était visé », a affirmé un responsable à la Minusma. « Il n’y a pas eu de victime, ni de dégâts. Nous avons renforcé le dispositif sécuritaire », a-t-il indiqué. L’attaque a été confirmée par un responsable municipal de Gao. « Des islamistes ont tiré des obus sur le camp de la Minusma à Gao. Il n’y a pas de mort. J’ai vu un grand trou non loin du camp », a-t-il affirmé. (Lire)
Irak : des soldats turcs déployés près de Mossoul se retirent vers le Nord
Une partie des militaires turcs déployés près de Mossoul (nord de l’Irak), dont Bagdad exige le retrait, ont effectué un « glissement » vers le Nord, a affirmé lundi le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu, écartant l’hypothèse d’un retrait du pays. « Il y a eu un glissement des forces », a déclaré le chef du gouvernement turc. « Nous sommes prêts à toutes sortes de coopération avec le gouvernement irakien », a-t-il poursuivi, ajoutant que « nos soldats continueront d’être présents là-bas ». Ankara a déployé il y a deux semaines plusieurs centaines de soldats et des chars à Bachiqa, à proximité de la deuxième ville d’Irak, Mossoul, occupée depuis juin 2014 par l’État islamique, provoquant de vives tensions avec le gouvernement de Bagdad. (Lire)
Crash de l’avion russe au Sinaï : aucune preuve de terrorisme
Rien ne permet dans l’immédiat d’imputer le crash de l’Airbus A321 russe dans le Sinaï à un acte terroriste ou criminel, indiquent les conclusions du rapport préliminaire publié ce lundi par les autorités égyptiennes. « La commission d’enquête technique n’a pour l’heure aucune preuve d’intervention illégale ou d’action terroriste », indique le ministère égyptien de l’aviation civile. L’appareil, un A321-200, exploité par la compagnie aérienne russe Kogalymavia/Metroje, s’est écrasé le 31 octobre dans le Sinaï après avoir décollé de Charm el Cheikh avec 224 personnes à son bord. Aucune n’a survécu. Moscou a de son côté affirmé à plusieurs reprises avoir la certitude que l’avion a été la cible d’un attentat à la bombe et l’État islamique s’est attribué la responsabilité de la catastrophe, affirmant que des activistes avaient introduit un engin explosif à bord de l’appareil. (Lire)
Un destroyer russe tire pour « éviter une collision » avec un bateau turc
Un destroyer russe a ouvert le feu dimanche pour éviter une collision avec un bateau turc en mer Égée, a affirmé la Russie. L’équipage du navire russe Smetlivy, qui se trouvait à 22 km de l’île grecque de Lemnos dans le nord de la mer Égée, « a dû utiliser des armes à feu afin d’éviter une collision avec un bateau de pêche turc » s’étant approché à environ 600 mètres. La distance entre les deux navires « garantissait » toutefois que le bateau turc ne serait pas atteint par les tirs, a précisé le ministère russe de la Défense. Le commandant du chalutier turc a toutefois démenti qu’il y ait eu des tirs dans sa direction. « Nous ne savions même pas que c’était un navire russe, nous pensions que c’était un navire de l’Otan », a-t-il indiqué. La Turquie et la Russie traversent leur pire crise diplomatique depuis la fin de la Guerre froide, après qu’un avion des forces aériennes russes ait été abattu le 24 novembre par l’aviation turque près de la frontière syrienne. (Lire)

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Yacine Babouche

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..