Importations de blé : l’Argentine, nouveau fournisseur de choix pour l’Algérie ?

Tsa; le Mercredi 16 Decembre 2015
40213

La France, premier fournisseur traditionnel de blé à l’Algérie, pourrait avoir un sérieux concurrent. En effet, l’Argentine pourrait devenir un partenaire de choix pour le pays, tant sa production présente des avantages comparatifs certains. Explications.
Suppression des taxes à l’export et dévaluation du Peso en argentin
Le nouveau Président argentin récemment élu, Mauricio Macri, a supprimé les taxes à l’exportation sur certains produits agricoles, notamment le blé et le maïs, indique l’Agence d’information Associated Press. C’était l’une des promesses de campagne du Président Macri, ancien Maire conservateur de la capitale Buenos Aires. Ces taxes étaient fixées, depuis 2008, à 23% et 20% pour chacun de ses produits, respectivement.
La suppression de barrières à l’export de produits agricoles renforce donc la compétitivité de la production argentine. Le site spécialisé sur les questions agricoles Wikiagri, estime donc que « l’origine française pourrait ainsi être pénalisée par l’arrivée de ce nouveau concurrent, tant sur le Maghreb qu’en Asie du Sud-Est. »
Par ailleurs, les observateurs tablent sur une dévaluation du Peso, la monnaie argentine, face au dollar, indique la même source. Dans le même temps, les coûts du fret sont en baisse. Ces deux facteurs accentueraient la compétitivité des produits locaux et seraient avantageux pour l’Algérie, qui cherche à réduire ses coûts d’importations. Le pays est actuellement l’un des plus gros importateurs mondiaux de blé, avec une facture annuelle de plus de 2 milliards de dollars en moyenne.
Baisse de qualité du blé français
Ces dernières années, le blé français a diminué en qualité. Cette année, « les qualités (…) ressortent dégradées et fourragères par endroits » à travers le monde, selon Wikiagri, ce qui réduit d’autant plus l’intérêt de l’Algérie pour le blé français.
Le récent achat de plus de 800 000 tonnes de blé par l’Algérie reflète déjà une diversification des sources d’approvisionnement en céréales. En effet, l’Office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC) a passé commande auprès de la France, mais également en Argentine, selon plusieurs sources médiatiques.

Categorie(s): economie

Auteur(s): Tewfik Abdelbari

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..