L’interminable chantier d’aménagement du boulevard de Sidi Yahia à Alger

Tsa; le Samedi 12 Decembre 2015
40137

Le quartier de Sidi Yahia à Hydra sur les hauteurs d’Alger ressemblera-t-il un jour à une avenue commerçante huppée ? Les Algérois désespèrent de voir aboutir le projet d’aménagement des trottoirs de ce boulevard commerçant où plusieurs marques de prêtes à porter occidentales ont pignon sur rue.
Fin 2012, les études étaient terminées. 2013, les travaux étaient entamés. Le but : élargir le boulevard, créer des espaces de vie publique, augmenter ainsi la fréquentation et installer de nouvelles infrastructures et commerces. Depuis, les travaux avancent très peu, on voit cet axe démonté, mais pas vraiment amélioré. Les trottoirs et la chaussée ont été littéralement labourés. Et les travaux de réparation s’éternisent. Des délais interminables qui agacent les visiteurs comme les commerçants qui voient leur clientèle diminuer chaque mois. « On a perdu 50% de notre fréquentation habituelle. Avant le boulevard était rempli, la clientèle était là. Vous aimeriez venir faire vos courses ici avec la poussière en été ou encore la boue en hiver ? Vous n’arrivez même à traverser la route à cause des voitures et des routes cassées », se plaint le propriétaire d’un magasin de vêtements. Certains commerces ont même temporairement fermé, profitant de cette paralysie pour entamer des travaux dans leurs espaces et être prêts le jour J.
Où en est actuellement le projet entamé en 2013 ? Voir la vidéo suivante :

Sidi Yahia : les Champs Elysées d’Alger… par algerie-tsa
Trois ans pour quelques dalles ?
« Nous avons consacré cette année pas moins de 90 milliards de centimes pour les projets d’équipement sur un total de 174 milliards de centimes du budget de 2013. Nous avons plusieurs projets qui sont inscrits. Le premier est l’aménagement du boulevard Sidi Yahia, qui sera, dans un avenir très proche, l’un des plus grands boulevards de la capitale », expliquait le wali d’Alger en mai dernier. Début décembre 2015, le boulevard se noie encore dans un énorme chantier. Les routes sont cassées, des câbles sortent de terre quant aux deux parkings à étages prévus pour désengorger le boulevard, ils sont au point zéro.
Il faut savoir que le quartier est géré par deux communes. Ainsi un trottoir relève de la commune de Hydra, l’autre de la commune de Bir Mourad Raïs. Les travaux d’aménagement n’avancent donc pas au même rythme. « Nous avions terminé les études fin 2012. C’était une demande de l’ancien Wali d’Alger pour refaire et réaménager le quartier de Sidi Yahia pour en faire un quartier de promenade, de shopping pour les familles », précise le Naceur Farah, le maire de Hydra.
Les deux communes disposaient donc initialement du même cahier des charges mais finalement chacun semble être sur un projet différent. Les travaux sur le trottoir de droite qui dépend de Bir Mourad Raïs avancent plus vite que ceux du trottoir de gauche géré par Hydra. « Nous partageons le même bureau d’études avec la commune de Bir Mourad Raïs. Le problème c’est que l’entreprise que nous avons prise pour Hydra avait un délai de 10 mois, mais elle ne l’a pas respecté. Elle a eu beaucoup de retard. En sept mois l’entreprise a avancé de 4%. Avec les mises en demeure, nous étions obligés de résilier le contrat car l’entreprise n’était pas sérieuse », justifie le maire de Hydra. Il a fallu donc changer de prestataire en cours de projet. L’entreprise finalement choisie a été installée « il y a 10 jours » seulement d’après le maire. Autre problème : le projet d’enfouissement des câbles électriques sous la terre avec Sonelgaz. Une autre étape qui a posé un gros problème. Les délais ont été allongés car Sonelgaz a rencontré des imprévus dans les sous-sols.
Naceur Farah explique dans les détails les complications et les retards cumulés de cet aménagement dans la vidéo suivante :

Pourquoi Sidi Yahia est toujours en travaux… par algerie-tsa
Les prochaines échéances…
Sidi Yahia pourrait enfin ressembler à un boulevard adapté aux piétons d’ici fin mars 2016 selon le maire de Hydra. Toutefois, le processus semble encore long et compliqué en raison d’un grand nombre d’intervenants. « Nous avons chaque lundi un Comité de pilotage présidé par M. le wali délégué, durant lequel tous les intervenants sont présents. Il y a Sonelgaz, les PTT, les télécoms, l’ENPI, la direction des Transports, la commune de Bir Mourad Raïs, le bureau d’études et les chefs divisionnaires pour exposer tous les problèmes », explique le maire de Hydra.
Dans cette vidéo l’élu présente les prochaines étapes à venir :

Les prochaines étapes de l’aménagement de Sidi… par algerie-tsa
Sidi Yahia, l’échec urbain
Sidi Yahia fera peau neuve en 2016 d’après le maire de Hydra, mais le résultat final sera-t-il une réussite ? Pas forcément. Les différents échecs rencontrés dans la réhabilitation de ce quartier faite sur de mauvaises bases laissent à penser que Sidi Yahia ne sera jamais un espace public urbain de qualité. En novembre 2008 le magazine Vies de Villes publiait une analyse très intéressante sur ce quartier initialement illicite, avant même que le projet d’aménagement ne soit lancé. Les architectes et urbanistes prévenaient déjà à l’époque de l’incapacité des autorités algéroises à concrétiser ce boulevard urbain. « Du point de vue de l’urbaniste, l’occasion, ratée au départ, d’en faire un véritable espace de centralité urbaine algéroise est perdue à jamais », écrit Ewa Berezowska-Azzag, architecte urbaniste et professeur à l’EPAU dans Vies de Villes. « Le boulevard reste l’exemple même de l’impuissance ou de l’inefficacité des instruments d’urbanisme en vigueur : l’inexistence de planification stratégique capable d’anticiper les évolutions structurelles de l’agglomération », précise encore l’architecte.
En 2015 encore Alger semble peu se soucier de sa stratégie urbaine. Elle s’est lancée à Sidi Yahia dans un projet qu’elle avait peu ou prou planifié. Ici les travaux ont commencé avant de prévoir la gestion des flux de voitures ou de personnes qui ralentissent l’avancement du projet. Les parkings auraient dû être prioritaires pour désengorger les chaussées. Les études semblent incomplètes comme en témoignent les imprévus rencontrées par les entreprises dans le sous-sol. Ce projet n’aurait jamais dû être lancé avant la réalisation d’études détaillées sur le déplacement des réseaux, la gestion des piétons et des voitures et un projet avec un planning de travaux précis.
L’aménagement du boulevard de Sidi Yahia illustre l’incapacité des autorités algériennes à gérer des projets urbains de ce genre, faute de compétences.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Amina Boumazza

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..