Larbi Ould Khelifa en guerre contre l’opposition et la presse à l’APN

Tsa; le Lundi 21 Decembre 2015
40342

Rien ne va plus entre le président de l’APN Larbi Ould Khelifa et les députés de l’opposition. En effet, ces dernières semaines, les plénières ont été constamment marquées par des altercations verbales entre les deux parties. La ligne rouge a été franchie lors des débats sur le projet de Loi de finances 2016. Le refus du président de la chambre basse du Parlement d’accorder un point d’ordre au député du PT Djelloul Djoudi a déclenché une bagarre dans l’hémicycle. Un fait inédit.
Le wifi éteint, les cameramans interdits de filmer
Suite à ces altercations filmées et diffusées en direct par les chaines de télévision, Ould Khelifa, décidément très gêné, a pris la décision d’interdire aux cameramans et aux photographes de suivre les plénières. Leur présence a été strictement interdite dans l’hémicycle et ils sont empêchés de prendre des photos ou même de filmer des séquences à travers la vitre qui sépare la salle des journalistes de l’hémicycle. Des agents sont déployés à l’intérieur de l’Assemblée pour scruter les faits et gestes des photographes.
Interrogé par TSA, un responsable à l’APN affirme que « cette mesure a été prise pour permettre aux journalistes de faire leur travail dans le calme ». « La présence des photographes et des cameramans dérange les journalistes », soutient notre source. Sauf que l’administration de l’APN a décidé aussi d’éteindre le réseau wifi (qui a permis aux journalistes d’envoyer les images et les photos des altercations). Les écrans de télévision placés dans le hall de la chambre basse ont été également éteints. Ils permettaient aux médias de suivre les travaux en direct. Devant l’insistance des journalistes, les cameramans ont été autorisés à filmer la dernière plénière consacrée aux questions orales, une séance sans grande importance. On ignore par contre si les cameramans des télévisions privées seront autorisés à filmer les débats sur le projet du Code de l’investissement.
Ould Khelifa répond à la place des ministres
« On ne peut rien reprocher à Ould Khelifa sur le plan intellectuel, mais il est vrai aussi qu’on ne peut pas prétendre faire de la politique lorsque on a zéro année de militantisme. Le poste qu’il occupe est strictement politique », explique un ancien président de l’APN.
Rester neutre est un exercice que le président de l’APN ne maîtrise pas. Lorsque Youcef Khababa, député de l’Alliance verte a posé une question au Premier ministre sur la marginalisation de la langue arabe par les ministres lors de leurs missions officielles à l’étranger, c’est Ould Khelifa qui répond. « Personnellement, je maîtrise quatre langues, mais j’utilise l’arabe quand je sors à l’étranger », a-t-il répliqué avant même de donner la parole à Tahar Khawa, ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement mandaté pour lire la réponse de Abdelmalek Sellal.
Ould Khelifa a défendu le ministre de la Jeunesse et des Sports qui aurait déclaré au député PT Taazibt « être un bandit faisant partie d’un gouvernement de bandits ». « C’est un bandit d’honneur », a dit Ould Khelifa. Des réactions qui irritent les députés de l’opposition qui accusent le président de l’APN de servir « son parti (FLN) et l’Exécutif ».
Ce lundi 21 décembre, le député du parti El Adala, Lakhdar Benkhelaf, a publié une lettre pour dénoncer « l’ingérence » de Larbi Ould Khelifa. « Il m’a demandé de transformer une question orale adressée au ministre des Affaires étrangères Ramtane Lamamra sur la présence de Chakib Khelil à l’Ambassade d’Algérie aux États-Unis le 1er novembre dernier en question écrite », dénonce le député qui refuse de céder. « Le choix et la façon de poser les questions aux ministres revient aux députés. C’est un droit garanti par la Constitution et la loi organique régissant le travail du Parlement », poursuit-il. À l’adresse de Ould Khelifa, Lakhdar Benkhelaf assène : « Ce comportement prouve encore une fois que vous êtes là pour aider les ministres à se soustraire à leur devoir de descendre à l’APN pour répondre aux députés ».

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Achira Mammeri

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..