Re-moines de Tibehirine

Tsa; le Mercredi 23 Decembre 2015
4

L’État français ne lâche jamais sa proie, surtout si elle est algérienne. En l’occurence ici, il s’agit de l’extermination terrible des moines de Tibehirine que je connaissais très bien. Et c’est par la bouche de la ministre francise de la Justice que nous, Algériens, avons été interpellés  sur la nécessité de faire la lumière sur ce massacre qui nous a tant chagrinés.
La France considère qu’elle est la protectrice de ses citoyens de l’étranger, ce qui est normal, mais on l’a vu, très souvent, innocenter par « décret royal et populaire » les pires assassins et les pires voyous français qui ont commis des meurtres ou été impliqués dans des affaires de drogue dans des pays étrangers. Pour la France, ces tueurs sont innocents parce qu’ils sont français. Uniquement ! Leur citoyenneté leur donne une garantie perpétuelle et de droit divin. C’est à la fois injuste, cocasse et délirant. Immoral ! Immoral, surtout.
L’État français, quant à l’assassinat des moines de Tibehirine, a la même attitude de voyou qu’il a d’habitude avec les affaires concernant ses citoyens à l’étranger en se basant sur un témoignage d’un autre voyou, algérien celui-là, qui va témoigner en faveur des thèses loufoques et françaises, contre une récompense très élevée.
Durant les années noires, nous avions eu le cas du caporal Souadia, militaire algérien et grosse brute qui avait mis une partie de l’est algérien sous sa coupe, condamné par un tribunal militaire et rayé des listes de l’armée et qui ,dès sa libération, s’est enfui en France avec un faux passeport et commis un livre (rédigé par un nègre)  accusant l’armée algérienne de commettre toutes les tueries que nous avions connues à l’époque.
C’est de là qu’est né le fameux slogan français « Qui tue qui ? » et qui a eu la vie longue et dure, jusqu’à nos jours.
La preuve : on nous ressort (Encore !) l’affaire des moines de Tibehirine dont l’assassinat a été revendiqué par le GIA qui terrorisait les Algériens à l’époque. La bonne aubaine pour le pouvoir mittérandiste de l’époque qui en a jubilé.
Nous, nous voudrions savoir qui a assassiné les 67 Maghrébins immigrés en France, après la nationalisation du pétrole algérien en 1974 ?! À ce jour, aucun de ces crimes n’a été élucidé !

Et la France officielle a toujours très bonne conscience et défend jusqu’à… Platini !

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Rachid Boudjedra

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..