Si El Hocine

Tsa; le Samedi 26 Decembre 2015
4

C’est ainsi que je l’appelais et ça lui plaisait; peut-être qu Da El Hocine le vieillissait un peu et réduisait son espace politique à la Kabylie, alors que nous savions qu’il avait une envergure nationale, voire internationale.
J’ai une histoire avec Hocine Aït Ahmed, parce que j’ai fait sa connaissance quand j’avais quinze ans, à travers un livre qu’il avait écrit alors qu’il était très jeune et intitulé « De la guerre populaire ». C’était le premier texte qui annonçait la guerre de Libération nationale et la méthode qu’elle allait utiliser : la violence révolutionnaire et légitime d’un peuple qui est en légitime défense.
Ma deuxième histoire avec Si El Hocine concernait ma rencontre avec lui. Foudroyante. Originale. Intelligente. C’était en 1984, à Paris. J’attendais, rue Monsieur le Prince, devant une salle de cinéma d’auteur, pour entrer voir  le premier film de Francis Ford  Coppola : »Conversation secrète ». Soudain un homme de grande taille et très élégant m’accosta. Il venait de sortir de la salle et de voir le film. Il était ému. Je reconnus tout de suite le grand Hocine Aït Ahmed, le plus intelligent et le plus cultivé des « Hisotriques » de la Révolution algérienne. Il me demanda si j’étais bien moi-même et après ma réponse positive, il me dit : le film de Coppola est superbe mais viens prendre un café avec moi, tu le verras plus tard.
J’étais ébloui, intimidé et fier de marcher à côté de ce monument (par la taille et par sa place dans la Révolution!). Nous passames six heures dans ce café du Quartier latin et nous refîmes l’Algérie, le Monde et l’Art. Car Aït Ahmed était d’une culture artistique et esthétique phénoménale.
Je le revis deux ans plus tard à Casablanca, lors d’une conférence que je donnais et à laquelle il avait tenu à assister. Puis à Alger, lors des élections municipales de décembre 90.
Puis il y eut le néant : la décennie rouge. Et je ne revis plus jamais cet homme charismatique qui aurait- peut-être – pu diriger l’Algérie, mieux que quiconque.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Rachid Boudjedra

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..