Sid Ahmed Ghozali : « Le pétrole algérien et les phosphates marocains peuvent faire de nous une start-up mondiale ! »

Tsa; le Lundi 14 Decembre 2015
40183

La réouverture des frontières entre l’Algérie et le Maroc ne peut pas apporter une solution pour dépasser les divergences entre les deux pays et la situation de blocage au niveau de l’Union pour le Maghreb arabe (UMA), selon Sid Ahmed Ghozali. Dans un entretien accordé au journal marocain Médias 24, l’ex-chef du gouvernement rappelle que ces frontières « ont déjà été ouvertes dans le passé grâce à la signature d’un accord international qui a fini par être violé par les deux parties ».

« Rétablir les visas unilatéralement comme l’a fait le défunt ministre de l’Intérieur Driss Basri était une violation de cet accord et la tentative algérienne de se faire justice en fermant ses frontières en était une autre », explique M. Ghozali. « Il faut s’organiser pour rendre impossible ce genre de scénario », a-t-il ajouté. Pour lui, chacun des deux pays doit mettre d’abord « de l’ordre dans sa maison pour atteindre un SMIC institutionnel ».

« Essayons d’abord de devenir des États de droit, mettant la loi au-dessus de tout et de tout », préconise-t-il. Sid Ahmed Ghozali a également rappelé que le « Maroc et l’Algérie représentent 80% de la superficie, de la population et des finances du Maghreb » à eux seuls. « Ils ont donc une responsabilité énorme dans le retard de l’édification du grand Maghreb », selon lui. « Le pétrole algérien et les phosphates marocains peuvent faire de nous une start-up mondiale ! », a-t-il assuré.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Hadjer Guenanfa

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..